Les traitements thermiques

SON UTILITE

  • Le traitement thermique sert à redonner à l’alliage une structure métallurgique permettant de conduire de façon optimale les champs magnétiques  (cette structure ayant été détruite lors des différents laminages)
     
  • Pour cela, il agit de trois façons
       - il enlève toutes les impuretés (carbure, sulfure, nitrures) sans apporter d’oxydation
        - il fait grossir les grains
        - il fige la structure cristalline

VIDE OU HYDROGENE

  • Les deux solutions sont tout à fait valables et donnent d’excellents résultats même si les tests en laboratoire donnent un avantage au traitement sous hydrogène.
  • Industriellement, ceci est plus ou moins vrai car les résultats vont dépendre :
        - de la qualité du vide
       - de la qualité du gaz injecté dans le four et notamment du point de rosée tout au long du cycle
        -  de la durée du cycle et de la maîtrise du refroidissement.

LE CYCLE DE TRAITEMENT THERMIQUE

  • La montée : elle n’a pas beaucoup d’importance, le temps est lié à la charge dans le four et à l’épaisseur des pièces.
     
  • Le maintien en température : dans cette étape, la matière rejette ses impuretés et les grains grossissent.
    Plus le traitement est fait à haute température et longtemps, meilleures seront les perméabilités
    Classiquement les températures vont de 1050 à 1175° et les durée de 1 h à 6 heures
     
  • La descente : seule la partie entre 600° et 300° est importante à gérer car c’est dans  cette phase que se fige les tailles interatomiques

 

QUEL TYPE DE CYCLE

  • Depuis de nombreuses années, MMc a défini différents  cycles standards de traitements thermiques en vue de répondre à :
        - des objectifs de coûts
        - des objectifs de performances
        - des objectifs d’efficacité industriel
     
  • On va ainsi trouver des cycles
        - industriels où on cherche à avoir de la perméabilité à faible coût
        - moyenne gamme, où on cherche un mixte entre le coût et la performance
        - haut de gamme où on cherche à tirer le maximum de perméabilité de la matière.